Question-guide : L'égalité est-elle assurée pour tous en France ?

Objectif : prendre conscience que l'égalité est une valeur née avec la République, progressivement étendue mais pas forcément acquise pour tous encore aujourd'hui.

Connaissances

  • principales dates d'acquisition de l'égalité dans différents domaines pour certaines catégories
  • fonctionnement de la Sécurité sociale et des services publics

Démarche

  • Lecture de documents p.314-315 + 325-326pour constater que l'égalité est une valeur née avec la République et progressivement étendue à plusieurs domaines et catégories de personnes.
  • Visionnage d'une vidéo sur la Sécurité sociale => schéma de la Sécurité sociale et des services publics pour comprendre que l'Etat s'efforce en particulier de garantir l'égalité entre citoyens dans le domaine social grâce à la fiscalité.
  • Inventaire des actions menées en faveur de l'égalité au collège : Restos du coeur, bouchons du 11, LVL... 
  • Etude de cas d'actualité pour constater que l'égalité n'est pas encore acquise totalement, notamment pour les femmes aujourd'hui encore.

L'essentiel

1. Une valeur née avec la République progressivement étendue

L'égalité est inscrite pour la première fois dans la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789, donc durant la Révolution française : les sujets, divisés en plusieurs ordres inégalitaires (voir cours d'histoire) renversent le roi et deviennent des citoyens au sein d'une République plus juste. Cette égalité figure d'ailleurs dans la devise de la République visible sur les bâtiments publics, sites et documents officiels. En 1958, elle a été réaffirmée dans la Constitution "sans distinction".

Depuis, de nombreuses lois ont étendu l'égalité à différentes catégories de personnes et dans différents domaines comme le droit de vote aux femmes  (1944) et le droit de se marier aux homosexuels (2013).

2. L'Etat tente de réduire les inégalités

L'Etat a mis en place des systèmes pour tenter de réduire les inégalités (voir schémas). Ainsi, il prélève des impôts (taxes foncière et d'habitations, T.V.A....) pour financer les services publics (police, hôpital, éducation...) indispensables à tous. Il perçoit aussi des cotisations sociales pour financer la sécurité sociale qui verse des prestations sociales à ceux qui en ont besoin (chômeurs, retraités, handicapés, malades...

Cependant, ces deux systèmes ont des limites : la taxe sur la valeur ajoutée (T.V.A.) est payée également par tous les consommateurs, riches ou pauvres (voir ticket de caisse) et la sécurité sociale connaît un déficit car ses dépenses (indemnités chômage, pensions de retraite...) sont supérieures à ses recettes (cotisations sur les salaires) car le nombre de chômeurs et de retraités augmente alors que celui des salariés qui cotisent reste stable.

3. Des associations agissent contre les inégalités mais certaines persistent encore

De nombreuses associations agissent pour limiter les inégalités sociales, dont certaines partenaires du collège, comme les Restos du coeur pour aider les plus défaforisés à se nourrir ou les bouchons du 11 pour aider les familles d'handicapés.

Cependant des inégalités persistent. Depuis 1944, des lois ont permis de réduire les inégalités homme/femme dans le domaine politique (parité en 2000) et social (droit d'avorter en 1975). Cependant, des inégalités persistent : moins de 20% des députés sont des femmes, moins de 17% sont des dirigeants de grandes entreprises, leur salaire est souvent inférieur de 30% à celui des hommes. Les femmes sont aussi peu orientées vers des filières scientifiques, subissent le travail à temps partiel et assurent encore la majorité des tâches domestiques.