Question : Comment nourrir une humanité en croissance démographique et aux besoins accrus ?

Objectif : comprendre lque l'alimentation est un défi majeur du XXIe siècle face à l'augmentation de la population et de ses besoins.

Démarche

  • p.238-239 : lecture d'une carte de la situation alimentaire pour constater les écarts voire les extrêmes.
  • p.234-235 : étude de cas du Brésil + vidéo sur les émeutes de 2008 => la priorité des pays en développement est de réduire la faim.
  • Visionnage de la BA du film "Supersize me" + p.246-247 pour constater la progression de l'obésité, voire p.248-249 pour le prolonger avec le débat sur la consommation de viande,p.244-245 : étude de documents pour constater que dans les pays développés, de nouvelles formes d'alimentation progressent (agriculture biologique, raisonnée, labels, locavorisme et circuits courts, commerce équitable) + pour lutter contre l'obésité => apports pour l'EPI penser un territoire durable,
  • Vidéo de conclusion pour sensibiliser au gaspillage alimentaire.

Compétences évaluées

  • analyser et comprendre un ou plusieurs documents
  • acquérir une conscience citoyenne

Aller plus loin

L'essentiel

La carte de la situation alimentaire dans le monde montre des inégalités : les populations des pays riches mangent suffisamment alors que ceux des pays pauvres souffrent souvent de sous-nutrition. Elle révèle aussi des extrêmes : dans certains pays comme la Corée du Nord, plus de 35% d'habitants sont sous-alimentés, alors que dans d'autres, comme les Etats-Unis, plus de 25% sont obèses !

 

1. Dans les pays en développement : réduire la faim

Dans les pays développement, la priorité est de réduire la faim, donc de fournir suffisamment à manger aux habitants. Dans la plupart d'entre eux, il existe 2 types d'agriculture :

- l'agriculture commerciale, mécanisée, moderne dont les productions sont destinées à être vendues, 

- l'agriculture vivrière, peu mécanisée, traditionnelle dont les productions sont destinées à la consommation locale.

Or, dans certains pays, comme au Brésil, une grande partie des productions agricoles commerciales, celles qui occupent le plus de terres, sont destinées aux animaux (soja), aux carburants (canne à sucre) ou à l'exportation (bétail). Du coup, 15% des habitants souffraient de sous-alimenation en 1990.

Le gouvernement a donc lancée le programme "faim zéro" : de la nourriture gratuite, et en partie issu de la production vivrière, en échange de la scolarisation et de la vaccination des enfants. Aujourd'hui, seuls 3,5% de Brésiliens souffrent encore de la faim.

Néanmoins, l'agriculture commerciale pollue eau et sols avec des produits chimiques tandis que certains paysans sans terre défrichent la forêt amazonienne pour cultiver donc le Brésil nourrit mieux sa population aux dépens de l'environnement.

2. Dans les pays développés : mieux manger

Dans les pays développés, mais aussi dans certains pays en développement rapide, une part croissante de la population est en surpoids voire obèse en raison du "snacking", de la sédentarité et d'une mauvaise alimentation, ce qui augmente les problèmes de santé. Le défi alimentaire est donc de mieux manger.

Pour cela, il existe de nombreuses solutions :

- varier son alimentation, éviter les excès de certains aliments (sucre, graisse, sel) et pratiquer une activité physique comme le suggèrent les campagnes télévisées, y compris dans les publicités, et les programmes de santé officiels ("manger bouger"),

- consommer des produits frais, de saison et locaux (circuits courts) afin de réduire l'empreinte énergétique en limitant le transport et le stockage et pour mieux payer les producteurs locaux, comme le propose les AMAP et de plus en plus de cantines,

- acheter des produits bio et/ou équitables qui préservent l'environnement et permettent de mieux payer les producteurs.