Question-guide : quels sont les risques technologiques et industriels auxquels nous sommes exposés ? Comment les prévenir et réagir ?

Objectif : sensibiliser les élèves aux risques technologiques et industriels qu'ils encourent sur leurs différents lieux de vie (risques encourus, moyens de prévention, gestes pour réagir en cas de catastrophe).

Démarches

 Compétences évaluées

  • respecter des comportements favorables à sa sécurité, sa santé.
  • comprendre des documents

 

 Pour aller plus loin

 L'essentiel

1. Des risques technologiques omniprésents

Le site industriel d'AREVA-Malvési se situe à quelques kilomètres au nord de Narbonne. Il convertit 20% de l'uranium mondial en combustible pour centrale nucléaire afin de produire de l'électricité (80% de la production française). Il présente des intérêts sociaux (près de 200 emplois), économiques (production de combustible nucléaire) mais aussi des problèmes environnementaux (fuites qui ont pollué l'eau, entreposage de déchets, "incidents" de transport, radiations à proximité du site...) qui peuvent nuire à la santé des populations locales.

De plus, le groupe AREVA envisage la construction prochaine d'un "incinérateur" pour traiter ses déchets ce qui pourrait accentuer la pollution atmosphérique.

Après les catastrophes chimiques déjà survenues (Seveso en 1976, Toulouse en 2001) ou nucléaire (Tchernobyl en 1986 , Fukushima en 2011), les autorités ont mis en place des moyens de prévention. Ainsi à Narbonne, il existe un signal d'alarme spécifique, un plan de prévention des risques

 

2. Des moyens de prévention

En France, comme dans tous les pays développés, il existe des moyens de prévention à différentes échelles :

  • des systèmes de surveillance et d'alerte dont les données sont consultables sur Internet : la carte de vigilance météorologique, la carte de vigilance aux crues, par bassin et cours d'eau, actualisées plusieurs fois par jour,
  • des guides de prévention comme celui de Narbonne distribué aux populations ou/et consultables du Internet indiquant les conduites à tenir en cas de catastrophe et les points de rassemblement selon les phénomènes,
  • des consignes de sécurité dans tout lieu accueillant du public avec un plan indiquant les sorties, les moyens de lutte en cas d'incendie, les conduites à tenir et les numéros à contacter en cas d'urgence,
  • des systèmes d'alerte des populations par sirène ou par téléphone.

3. Savoir bien réagir

En cas de catastrophe ou d'accident, il faut respecter les consignes (et pour cela les connaître !) :

  • se mettre à l'abri, à l'extérieur ou à l'intérieur selon la catastrophe, voire se calfeutrer (fermer portes, volets, boucher les ouvertures, couper le courant...)
  • ne pas téléphoner pour laisser les lignes libres pour les secours,
  • éviter de se déplacer et de paniquer,
  • écouter la radio (à piles !) pour connaître l'évolution de la situation,
  • ne reprendre sa vie normale que lorsqu'un responsable le dit,
  • ne pas prendre l'ascenseur.

En cas d'"incident" (incendie, accident routier, malaise d'une personne dans la rue...), il faut:

  • Protéger : signaler l'accident (triangles placés à distance devant et derrière et gilet réfléchissant pour un accident outier) et éloigner les passants pour éviter un suraccident,
  • Alerter : prévenir les secours en étant précis (numéro de téléphone où nous rappeler, lieu et type d'accident, nombre et état des victimes...),
  • Secourir : ne pas déplacer la victime (sauf risque vital pour elle ou si elle est ivre : dans ces cas, la mettre alors en position latérale de sécurité), veiller sur elle et la rassurer, la couvrir (sauf si elle est brûlée), ne rien lui donner à boire, ni à manger,

Les numéros d'urgence sont : le 18 pour les pompiers (ou 112 en Europe), le 17 pour la police/gendarmerie, le 15 pour les urgences médicales.

Pour mieux se préparer à toute éventualité, il existe des formations aux premiers secours.